05.jpg

 

Written by Florence Kayemba (SDN), Ese Emerhi (TrustAfrica), and Charles Kojo Vandyck (WACSI)

Download the report

In March 2021, the World Communities Forum brought together organizations working with local communities to reflect on the past year and how Covid-19 has impacted the work that they do. TrustAfrica hosted a breakout session on “Community as a Response: Communities Organizing for their Development” on Day 1 of the virtual conference to tease out what are the enablers in supporting local communities in self-organizing for their development. The breakout session was facilitated by development practitioners and community leaders Ese Emerhi (TrustAfrica - Nigeria), Florence Kayemba (Stakeholders Democracy Network - Nigeria), and Charles Kojo Vandyck (West Africa Civil Society Institute – Ghana).

This follow-up article elevates key recommendations offered during the breakout session, by first giving some  context on the  challenges faced by local communities (often in conflict) and centering the article on factors that have enabled communities to respond to development challenges, including what priority interventions donors should invest in to support community actors to build resilience when responding to power dynamics within the broken aid system in the Global South.[...]

Le thème de la Journée internationale de la femme de cette année reconnaît l’impact de la pandémie de santé mondiale COVID-19 en 2020. Pour la campagne 2021, Nations Unies a annoncé le thème « Leadership féminin : réaliser un avenir égalitaire dans un monde COVID-19 ». Une campagne sur les médias sociaux a été lancée pour inspirer les femmes à #ChooseToChallenge et dénoncer les préjugés sexistes et les disparités entre les sexes. 

Lire la suite here

Thème : Une relance verte et juste pour l’Afrique : Un appel à l’action

Le fardeau de la dette de l’Afrique est lourd, très lourd, et le service de cette dette prive le continent de ressources précieuses qui auraient pu être utilisées pour le développement, la fourniture de services sociaux ou l’achat de vaccins anti-COVID-19. Avec les crises sanitaires et économiques qui ont suivi l’apparition de la pandémie de COVID-19, le flux financier à destination du continent s’est réduit, à un moment où le besoin de ressources est peut-être encore plus grand qu’avant les crises. Nous avons donc besoin de toutes les ressources disponibles sur le continent pour surmonter les crises et construire un avenir meilleur. Les appels à l’annulation de la dette extérieure ou, au moins, à un moratoire prolongé du service de la dette (au moins jusqu’en 2022) sont de plus en plus forts et pressants et émanent de nombreuses personnes et institutions, dont un nombre croissant de gouvernements africains.  

Le 15 mars 2021, ActionAid, TrustAfrica, Africans Rising, Oxfam, l’Institut de la Société civile de l’Afrique de l’Ouest (WACSI), le Forum de la société civile de l’Afrique de l’Ouest (FOSCAO), le Forum des organisations de la société civile de l’Afrique de l’Est, CIVICUS, le Forum africain sur la dette et le développement (AFRODAD) et ANCEFA ont organisé une table ronde sur la dette africaine, en marge de la 53ème Session de la Conférence des ministres africains des finances, de la planification et du développement économique. Le ministre sénégalais de l’Économie et de la Coopération, M. Amadou Hott, a prononcé le discours d’ouverture, après le mot de bienvenue de Mme Nyaradzayi Gumbonzvanda, Présidente du Conseil d’administration d’ActionAid et conseillère spéciale du FMI. Les participants ont discuté des rapports d’études menées dans plusieurs pays africains ainsi que des présentations sur les réponses éventuelles au fardeau de la dette.

Les 23 et 24 mars 2021, SHOFCO a organisé le Premier Forum mondial des Communautés, au cours duquel l’Alliance mondiale pour les Communautés a été lancée en tant que coalition de plus de 160 dirigeants proches du monde entier. Plus de 1500 personnes à travers le monde ont écouté les conversations de leaders communautaires axées sur des solutions et des idées issues de leur travail en première ligne sur l’inégalité et le changement social. Les thèmes explorent la priorité accordée aux femmes dans le développement communautaire, la reprise économique à partir de la base dans l’ère post COVID-19, l’organisation et la mobilisation des communautés de base, et la vision d’un avenir plus équitable eu égard à la race, à la santé et à la richesse. TrustAfrica a eu l’honneur d’accueillir un atelier collaboratif le premier jour du Forum mondial des Communautés, explorant comment les Communautés s’organisent pour leur développement. Les résultats du Forum mondial des Communautés seront transmis à l’Alliance mondiale pour les communautés, dont TrustAfrica est un membre fondateur, qui s’appuiera sur les conversations du Forum en favorisant les demandes de politiques de haut niveau qui transfèrent les financements et les ressources vers la base.

Directrice des programmes: African Philanthropy

Après avoir passé quatre ans avec TrustAfrica, elle se lance dans une nouvelle aventure avec les amis de TrustAfica, au Fonds mondial pour les Fondations communautaires. Ese Emerhi, a été tout récemment, la Directrice de projet pour le Programme de Philanthropie africaine à TrustAfrica. De 2017 à 2020, elle a été Directrice de projet du Kiisi Trust Fund (Fonds d’affectation spéciale Kiisi), un fonds à vocation arrêtée par le donateur, géré par TrustAfrica pour le compte des Fiduciaires du Kiisi Trust Fund au profit du peuple Ogoni dans l’État de Rivers, au Nigeria, où elle a étudié comment TrustAfrica pouvait mieux accompagner et soutenir les fondations communautaires dans le cadre de leur mise en place.  

Au cours de ses derniers mois à TrustAfrica, Ese a contribué à la planification stratégique du Bureau pays Nigeria/Afrique de l’Ouest de TrustAfrica, en représentant TrustAfrica dans l’Initiative pour l’immunité communautaire, mais également en réfléchissant stratégiquement à la mise en place de l’Unité de Philanthropie africaine à TrustAfrica. Ese a récemment écrit un article intitulé, « What's the Matter with Small Grants », où elle explore ses idées concernant cette question : « Si les petites subventions sont une tentative de remédier aux inégalités de pouvoirs dans l’aide traditionnelle, alors son approche doit également s’efforcer d’aborder ou, tout au moins, de reconnaître les limites inhérentes à l’octroi de subventions et de chercher des ajustements pour une amélioration ». Lisez l'intégralité de son article sur l’approche participative de l’octroi de subventions, l’égalité des chances entre le donateur et le bénéficiaire de la subvention, et la garantie que les représentants de la communauté ont leur mot à dire sur l’utilisation des fonds. Ese a également participé, le 31 mars 2021, à une conversation avec African GrantMakers Affinity Group (AGAG) pour discuter de son article et d’autres sujets.

Les 10 et 11 mars 2021, TrustAfrica, en partenariat avec la Fondation Thomson Reuters, a réuni plus de 110 professionnels des médias et de la société civile de xxx pour discuter et débattre de la question des flux financiers illicites (FFI) en provenance d’Afrique à l’ère de la Covid-19.

La réunion virtuelle avait pour thème : « Le renforcement de la collaboration entre les médias et la société civile dans la lutte contre les flux financiers illicites (FFI) en provenance d’Afrique à l’ère de la Covid-19 ». La réunion s’inscrivait dans le cadre de l’édition 2021 de la rencontre Médias-Société civile sur la lutte contre les Flux financiers illicites en Afrique.

La réunion visait à « créer un espace pour permettre aux Journalistes africains couvrant la question des FFI de s’engager auprès des organisations de la société civile et d’autres parties prenantes concernées».

L’objectif visé était de développer des stratégies sur la façon dont les reportages des médias sur les FFI peuvent se traduire en ressource effective pour les efforts de plaidoyer et une pression constante pour un changement de politique, en particulier dans l’ère de la Covid-19.

Comme mentionné dans notre article d’ouverture, TrustAfrica, dans le cadre de la mise en œuvre de son projet : « Relever le défi du changement des normes sociales pour promouvoir l’égalité et l’autonomisation des femmes et des filles au Sénégal, au Mali et au Burkina Faso», et pour célébrer la Journée Internationale de la Femme, a organisé une série de réunions tout au long du mois de mars avec ses partenaires IES-Femmes (Association pour l’Intégration Économique et Sociale dans le Développement) au Burkina Faso,  ADE SAHEL (Alternative pour le Développement et l’Environnement au Sahel) au Mali, et ALPHADEV (Alphabétiser pour un Développement durable) au Sénégal.

Au Burkina Faso, au Mali et au Sénégal, 89 hommes et femmes ont participé à des débats explorant le mouvement social féministe et ont contribué à promouvoir des actions en faveur d’un changement systémique pour faire respecter les droits des femmes et d’éventuelles solutions visant à renforcer l’autonomisation des femmes. Le principal résultat de cette série de rencontres était la consolidation des différentes plateformes d’engagement, d’échange et de coordination des stratégies du mouvement pour les droits des femmes.

Au cours de la série d’événements, de grands défenseurs ont été sélectionnés et seront invités, au cours du mois d’avril, à prendre part à un programme de formation au plaidoyer axé sur les données. L’objectif étant de former les défenseurs des droits des femmes aux principes de base de la recherche, de l’analyse et de l’évaluation des données, et de leur permettre de mieux comprendre comment utiliser les données dans leur travail de plaidoyer.

 

Le thème de la Journée internationale de la femme de cette année reconnaît l’impact de la pandémie de santé mondiale COVID-19 en 2020. Pour la campagne 2021, ONU Femmes a annoncé le thème « Leadership féminin : réaliser un avenir égalitaire dans un monde COVID-19 ». Une campagne sur les médias sociaux a été lancée pour inspirer les femmes à #ChooseToChallenge (Choisir de contester) et dénoncer les préjugés sexistes et les disparités entre les sexes. Le thème présente l’incroyable travail des femmes dans la création d’un avenir égal pour tous, le rétablissement à la suite de la pandémie et la réparation des lacunes existantes. À TrustAfrica, nous avons été ravis d’organiser, tout au long du mois, une série de réunions avec des partenaires, dans le cadre de notre initiative visant à lutter contre la violence basée sur le genre et à remettre en question les normes et les stéréotypes qui privent les femmes de tout pouvoir, et nous avons également passé du temps à planifier comment accorder la priorité à la programmation sensible au genre par le biais de l’initiative pour l’immunité communautaire.

La pandémie de COVID-19 nous a montré que les femmes leaders sont les moteurs du développement des communautés. En fait, certaines des réponses les plus efficaces et les plus positives à la pandémie ont été menées par des femmes et les femmes étaient en première ligne dans la riposte à la pandémie de COVID-19 : dans le secteur de la santé, en tant que soignantes pendant la pandémie, en tant que femmes scientifiques recherchant des vaccins, et en tant que salariées quotidiennes gagnant leur vie pour leur foyer pendant les arrêts de production difficiles à travers l’Afrique. Malgré l’énorme contribution des femmes dans la lutte contre la COVID-19, les femmes en première ligne sont toujours payées 11% de moins que leurs homologues masculins, selon des données publiées par les Nations Unies. Nous devons #ChooseToChallenge et mettre fin à la disparité salariale entre les sexes. C’est pourquoi, à TrustAfrica, 40 % des fonds dédiés aux réponses communautaires du Fonds de solidarité TrustAfrica ont servi à soutenir les réseaux de solidarité des femmes qui réagissent à la situation dans les pays d’Afrique de l’Ouest. 

Lors du Premier du Forum Mondial des Communautés, au cours duquel TrustAfrica a organisé une session, Chelsea Clinton a accueilli quatre femmes extraordinaires qui ont exploré The Power of She et le rôle que les femmes doivent revendiquer et se voir attribuer dans la conception du développement des communautés à la lumière de l’impact disproportionné de la COVID-19 sur les femmes. Pour construire un avenir meilleur après la COVID-19, nous ne pouvons pas simplement retourner au monde tel qu’il était. Nous devons faire entendre notre voix face à l’injustice faite aux femmes, en démantelant les barricades qui les retiennent. La Journée internationale de la femme de cette année est un signal fort en faveur de l’égalité des sexes. Il est temps d’exploiter le leadership des femmes pour parvenir à un avenir plus égalitaire, plus global et plus durable.

TrustAfrica a le plaisir de s’associer à la communauté scientifique de l’Afrique et du monde pour célébrer ce 20 Mars 2021, le centième anniversaire de Monsieur Amadou Mahtar Mbow, ancien Ministre du Sénégal, ancien Directeur général de l’UNESCO, ancien Président des Assises nationales, ancien Président de la Commission nationale de réforme des institutions. 

En savoir plus ici sur cet homme d'État respectable avec une immense bonne volonté et une réputation exceptionnelle dans la communauté mondiale.

Télécharger:

Dossier de presse

Programme de la WEBINAR SERIES (Avril à Juin)

Durée : avril - Septembre 2021 

La pandémie de COVID-19 s'est propagée dans le monde entier, l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) l’avait déclarée une pandémie mondiale en mars 2020. Le premier cas enregistré en  Afrique, était en Égypte, le 14 février 2020, et le nombre de cas dans toute l'Afrique a depuis lors atteint 3 914 044, avec 104 382 décès au 3 mars 2020. Suite aux recommandations des experts locaux en matière de santé et de l'OMS, au moins 42 gouvernements africains ont mis en place des mesures de confinement partiel ou total et des restrictions aux déplacements pour freiner la propagation de la maladie.  Pour faire face à la pandémie, la plupart des gouvernements africains se sont appuyés sur une approche sécuritaire, avec l'application des mesures de confinement par les forces de sécurité et la mise en place de points de contrôle dans les pays et la fermeture des frontières.

Page 1 sur 25

Nos coordoneés

  • Lot 4, Almadies Ngor, Dakar Sénégal
  • +221 33 869 46 86
  • +221 33 824 15 67

Fil Twitter

Suite à une erreur, potentiellement un dépassement de délai de connexion à Twitter, les tweets de cet utilisateur ne peuvent être affichés.

Conférences et ateliers