01.jpg

Conférence (22)

Thème : Une relance verte et juste pour l’Afrique : Un appel à l’action

Le fardeau de la dette de l’Afrique est lourd, très lourd, et le service de cette dette prive le continent de ressources précieuses qui auraient pu être utilisées pour le développement, la fourniture de services sociaux ou l’achat de vaccins anti-COVID-19. Avec les crises sanitaires et économiques qui ont suivi l’apparition de la pandémie de COVID-19, le flux financier à destination du continent s’est réduit, à un moment où le besoin de ressources est peut-être encore plus grand qu’avant les crises. Nous avons donc besoin de toutes les ressources disponibles sur le continent pour surmonter les crises et construire un avenir meilleur. Les appels à l’annulation de la dette extérieure ou, au moins, à un moratoire prolongé du service de la dette (au moins jusqu’en 2022) sont de plus en plus forts et pressants et émanent de nombreuses personnes et institutions, dont un nombre croissant de gouvernements africains.  

Le 15 mars 2021, ActionAid, TrustAfrica, Africans Rising, Oxfam, l’Institut de la Société civile de l’Afrique de l’Ouest (WACSI), le Forum de la société civile de l’Afrique de l’Ouest (FOSCAO), le Forum des organisations de la société civile de l’Afrique de l’Est, CIVICUS, le Forum africain sur la dette et le développement (AFRODAD) et ANCEFA ont organisé une table ronde sur la dette africaine, en marge de la 53ème Session de la Conférence des ministres africains des finances, de la planification et du développement économique. Le ministre sénégalais de l’Économie et de la Coopération, M. Amadou Hott, a prononcé le discours d’ouverture, après le mot de bienvenue de Mme Nyaradzayi Gumbonzvanda, Présidente du Conseil d’administration d’ActionAid et conseillère spéciale du FMI. Les participants ont discuté des rapports d’études menées dans plusieurs pays africains ainsi que des présentations sur les réponses éventuelles au fardeau de la dette.

Last modified on mercredi, 31 mars 2021 20:09

On Wednesday, June 27th, 2018 the Kiisi Trust Fund hosted the first ever Clean Air Summit in Port Harcourt, Rivers State in partnership with Environmental Rights Action, Centre for Human Rights and Development, Suburbia 180 Foundation, and Citizens Information and Development Initiative, with the aim of creating a template for a systematic, coordinated, result oriented and science-based approach to dealing with the black soot air pollution in Rivers state. Since 2016, residents of Port Harcourt, Eleme and other adjoining towns and villages in Rivers State, Nigeria have observed an increase in the daily blanketing of the atmosphere of an oily soot compound, causing serious source of concern to the 5 million people who reside in the state.

Page 1 sur 11

Nos coordoneés

  • Lot 4, Almadies Ngor, Dakar Sénégal
  • +221 33 869 46 86
  • +221 33 824 15 67

Fil Twitter

Suite à une erreur, potentiellement un dépassement de délai de connexion à Twitter, les tweets de cet utilisateur ne peuvent être affichés.

Conférences et ateliers