04.jpg

The problem of illicit financial flows out of Africa is a festering problem. Every year $88.6 billion is lost yet we remain burdened with such high poverty and inequality levels. Civil society must redouble their effort to fight this scourge. Be part of Relaunch of the Stop the Bleeding Campaign!

Register here

Trust Africa, the pan-African developmental foundation over the weekend continued the distribution exercise of some 30, 000 face masks to frontline healthcare providers as the on-going battle against Covid-19 pandemic intensifies across the West African country.

The foundation which is a think-tank working for the development of the African continent and its people with an expressed commitment towards the on-going  fight by providing the much-needed relief to healthcare workers in Senegal as part of its contribution to the concerted efforts to curtail the spread of COVID-19 pandemic.

The distribution exercise kicked off on Wednesday with donations made to healthcare works within Dakar and its suburbs then reaching regions of Thies on Thursday and Ziguinchor on Friday   (January 29).

Le personnel soignant a été choisi par la Fondation TrustAfrica qui lui remis à partir de mercredi 27 janvier, quelque 30 mille masques de qualité pour la protection des équipes en première ligne de la lutte contre la pandémie COVID 19. 

Les hôpitaux, structures de santé et Associations qui travaillent nuit et jour contre la pandémie ont été les bénéficiaires de ces équipements en soutien à leurs efforts et engagements auprès des communautés vulnérables. Les masques de la gamme N95 ont été obtenus grâce à l’aide de l’organisation américaine V6 CO Online Medical Supplies 

Les agents et structures ciblés pour ce don de TrustAfrica sont répartis entre Dakar et ses banlieues d’une part, dans les régions de Thiès, de Kaolack et de Ziguinchor, d’autre part. 

 

Written by Ese Emerhi is the project/team lead for TrustAfrica’s Nigeria and West Africa programming

It’s a disappointing fact that after seventy years, civil society and non-profit organizations in the Global South still rely heavily on external aid from the Global North for their survival. There are justifiable arguments that this donor dependency needs to stop or change, and inherent in this argument is the negative power dynamics that this has created within the development sector that has led to competition, mistrust, lack of cooperation, and an overarching objective of donors to prolong the “problem” so they can remain in “business.” If giving aid is ultimately about solving problems and correcting injustice, why are there still so many wicked and toxic problems to solve?

Systemic and transformative social change is a long-term objective that involves many players and factors. One approach to tackling transformative change from donors has been to support new entrants into civil society by giving small grants that address immediate needs. These small local community-based organizations learning on-the-go often lack deep organizational capacity — staff, internal structure, knowledge, and access to decision-makers — and so results and impacts are often muted and focus mostly on outputs rather than sustained impact. For some donors and government actors, the small grants approach have been the response or push back to traditional aid — externally designed explanations and solutions to long-term entrenched problems — by directly involving local actors in the design phase and turning over some power to them to provide solutions to their own problems. This approach certainly has some merits, and, in some instances, it has shown very promising results by ensuring local agency and voice in addressing some of society’s challenges. But it has its limits.

 

RSVP Link: https://forms.gle/NKwavtSjAJSBYf3C7

or email: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Télécharger le Pressbook

La 8e Conférence panafricaine (PAC) sur les Flux Financiers Illicites et la Fiscalité qui s’est tenue virtuellement du 9 au 13 novembre 2020 s’est déroulée dans des conditions satisfaisantes, aussi bien pour les organisateurs que pour les participants. Le thème de cette édition était : ‘’L’Afrique que nous voulons après la Covid-19 : optimiser la mobilisation des ressources internes du secteur extractif pour la transformation de l’Afrique’’.

En raison de la pandémie de Covid-19, l’édition 2020 s’est tenue sous la forme d’une combinaison d’évènements physiques (dans les pays où cela a été possible) et de sessions virtuelles, en marge de la réunion et des sessions plénières.

Pour une bonne réussite de cette conférence, des commissions ont été mises en place. Parmi lesquelles, la commission de la communication qui avait en charge la visibilité de l’évènement continental avec l’appui des médias. Ce press-book est le reflet de la qualité de leurs productions.

 

TrustAfrica a lancé depuis deux ans un projet dont l’objectif est de s’attaquer à la violence basée sur le genre en tant qu’obstacle persistant, parmi d’autres, à l’autonomisation des femmes francophones en Afrique occidentale, notamment dans trois pays prioritaires, le Sénégal, le Burkina Faso, et le Mali. La Fondation s’y est investie à travers la transformation des normes sociales, la recherche, l’assistance technique et le renforcement des capacités.

Avec la pandémie mondiale COVID-19, les principaux facteurs de risque et actes de violence contre les femmes et les filles, se sont exacerbés, notamment avec la fermeture des établissements scolaires et universitaires et le confinement. En plus de la violence physique et verbale, de nombreuses filles ont dû interrompre leurs études. TrustAfrica, avec ses partenaires, a pu répondre immédiatement à la crise, en mettant en place un mécanisme d’intervention rapide pour soutenir les initiatives qui abordent ces questions dans ce nouveau contexte.

Prenant comme prétexte la campagne internationale des 16 jours d’activisme contre la violence basée sur le genre (VBG), TrustAfrica organise un panel de discussion pour soutenir ses initiatives en cours, mobiliser les acteurs et partager les connaissances avec les différents acteurs.

 Autres intervenants

 

 
Download the report

The original strategic approach of the Trust in 2017 was a focus on supporting local community-based organizations to implement projects in any of the seven thematic funding areas of the Trust. It was understood and appreciated that funding projects in a conflict-prone area to promote community development and other activities that support sustained economic development is a complex exercise with high risks, and hence, the need to work with local community-based organizations with the support of small grants to increase capacity and minimize risks.

In conceptualizing the Trust’s work with local community-based organizations, the Trust worked with a local Advisory Council made up of predominately Ogoni representatives and seasoned development practitioners to identify organizations and make funding recommendations to the Trustees of the Kiisi Trust. The Council met quarterly to review funding dockets, and as part of their work in discharging their responsibilities, met with Ogoni community representatives and stakeholders to discuss the work of the Trust. Between 2017
and 2020, the Advisory Council reviewed and debated over 64 grant applications and ultimately recommended 35 of those funding applications. Those funded projects resulted in impacting 30,861 beneficiaries in 68 communities across the 4 local government areas of Ogoniland. The Trust supports projects in seven thematic areas: agriculture, women’s programs, peacebuilding, education, governance, health, youth skills development/SME.

 

 

International Day for the Abolition of Slavery - 2 December 2020

TrustAfrica, Amnesty International et le Réseau africain contre les discriminations basées sur le travail, l’ascendance, l’esclavage et les croyances sociétales organisent une table ronde virtuelle pour commémorer la journée internationale pour l’abolition de l’esclavage. Si l’esclavage a été aboli en Mauritanie, au Mali, et au Niger, il existe encore des personnes qui sont traitées comme étant des esclaves du seul fait de leur naissance. Cette table ronde virtuelle est une occasion pour donner la parole aux femmes qui appartiennent aux organisations qui défendent ces différentes communautés pour partager leurs expériences.     

Mot d’Ouverture et Modératrice : Prof. Penda Mbow, Professeur à l’Université Cheikh Anta Diop, ancienne ministre de la Culture et fondatrice du Mouvement des Citoyens.

L’édition 2020 de la 8ème Conférence panafricaine sur les flux financiers illicites (FFIs) et la fiscalité (PAC 2020) sera organisée par TrustAfrica, en collaboration avec 16 co-organisateurs à savoir : le Réseau pour la Justice Fiscale – Afrique (TJN-A), l’Union Africaine (UA), la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA), l’Alliance Mondiale pour la Justice Fiscale (GATJ), le Forum sur l’Administration Fiscale Africaine (ATAF), Oxfam, ActionAidIntegrated Social Development Centre (ISODEC), Ghana Integrity Initiative (GII), le Centre Africain de Développement Minier (AMDC), Publiez Ce Que Vous Payez (PCQVP), le Consortium StopTheBleeding (STB), l’Union Panafricaine des Avocats (PALU), Zimbabwe Coalition on Debt and Development (ZIMCODD)Youth for Tax Justice Network (YTJN) et le Forum et Réseau Africain sur la Dette et le Développement (AFRODAD). 

En raison de la pandémie de la Covid-19, l’édition 2020 du PAC se tiendra sous forme d’une combinaison d’événements physiques (dans les pays où c’est possible) ainsi que des sessions virtuelles en marge de la réunion et des sessions plénières tenues sous le thème : « L’Afrique que nous voulons après la COVID-19 : optimiser la mobilisation des ressources internes du secteur extractif pour la transformation de l’Afrique » 

Cliquer sur le lien suivant pour participer à la conférence:  https://airtable.com/shr9rfp5aCYxMcrM3

  

Page 10 sur 32

Nos coordoneés

  • Lot 4, Almadies Ngor, Dakar Sénégal
  • +221 33 869 46 86
  • +221 33 824 15 67

Fil Twitter

Suite à une erreur, potentiellement un dépassement de délai de connexion à Twitter, les tweets de cet utilisateur ne peuvent être affichés.

Conférences et ateliers