08.jpg
Jan 07 2014

Quand les flux financiers Illicites poussent des milliers de milliards de dollars hors d’Afrique

Une étude récente montre que l’inefficacité des institutions de promotion de la bonne gouvernance  dans le contrôle de pillage des richesse

Date: 8 Decembre 2013

DAKAR - Les économies africaines ont perdu entre 597 millions et 1,4 milliards de dollars en transferts nets de ressources Durant les trois dernières décennies, malgré la croissance des institutions de lpromotion de la bonne gouvernance  sur le continent, selon une étude récente menée par Global Financial Integrity ( GFI ). Les flux financiers illicites font l’objet d'un forum de deux jours organisé par Open Society Initiative for West Africa ( OSIWA ) et TrustAfrica les 9 et 10 Décembre 2013, au Terrou Bi Hôtel à Dakar, Sénégal.

" La plupart des observateurs des questions de développement reconnaissent que l'Afrique connait une croissance, mais en même temps, conserver la richesse créée sur le continent et faire en sorte qu’elle beneficie aux populations reste un vertibale def,i» explique Abdul Tejan -Cole, Directeur exécutif de OSIWA.

La fuite des capitaux en Afrique se fait sous deux formes, par des flux licites tels que l'investissement , l'aide étrangère , l'allegement de la dette , et les envois de fonds a l’interieur et hors du pays - et les flux illicites tels que les produits de la criminalité , la corruption , et de l'evasion fiscale. Selon les chercheurs de GFI, certains de ces flux illicites sont dus à la hausse des prix du pétrole (minéraux et autres ressources naturelles ) tandis que beaucoup de ces fuites se font par la corruption.

" Alors que la recherche a prouvé que l'Afrique croule sous le poids de la dette, beaucoup reste encore a faire en termes d’efforts concertes des organismes gouvernementaux et regoionaux  africains et des agences multilatérales pour faire face au fléau des flux financiers illicites en provenance d'Afrique », analyse Akwasi Aidoo , Directeur exécutif de TrustAfrica .

Le pillage des richesses en Afrique au cours des 30 dernières années est presque égal à la croissance du produit intérieur actuel de tout le continent et a sérieusement privé des millions d’africains Africains de ressources financières utiles. Bien que l'Afrique ait connu une croissance économique sans précédent dans de nombreux pays, ce bond en avant ne s'est pas traduit en une amelioration de la vie des populations et continue a plomber les efforts d’aide au developpement.

 OSIWA, TrustAfrica, et GFI forum vont reunir plusieurs experts et parties prenantes issus des organisms regionaux, des representants de gouvernements, des agencies anti-corruption, les institutions financieres internationales et la societe civile pour discuter des principaux resultats de l’etude de GFI, en vue de la creation d’une forte action publique de collaboration et de lutte contre ces flux financiers illicites.

                                                                        ###

 

Open Society Initiative for West Africa (OSIWA) fait partie du réseau mondial des Fondations Open Society et est l'une des quatre fondations basees en Afrique. OSIWA a pour vocation de promouvoir une gouvernance démocratique inclusive, des institutions transparentes et responsables et une citoyenneté active à travers la région .

TrustAfrica est une fondation publique qui vise à assurer des conditions pour la gouvernance démocratique, le développement équitable et promouvoir une philanthropie africaine à travers le continent. Dirigée par des Africains, TrustAfrica organise des rencontres , catalyse les idées et offre des subventions ainsi qu’une assistance technique aux organisations œuvrant pour faire avancer ces objectifs.

Institution à but non lucratif basee à Washington DC, Global Financial Integrity (GFI) est une organisation de recherche, de plaidoyer, et promeut dans le système financier international la transparence comme voie vers le développement global. En abordant le système financier actuel opacise par les carapaces des sociétés anonymes, le secret des paradis fiscaux, et les différentes techniques de blanchiment d'argent, il est possible de réduire de façon significative le financement du terrorisme, la corruption , l'évasion fiscale , le crimine organise, les inégalités et retenir les quelque 1 milliard de dollars de capitaux illicites qui sortent chaque annee des pays en développement.

Read 18351 times Last modified on mercredi, 08 janvier 2014 14:24

Nos coordoneés

  • Lot 4, Almadies Ngor, Dakar Sénégal
  • +221 33 869 46 86
  • +221 33 824 15 67

Fil Twitter

Suite à une erreur, potentiellement un dépassement de délai de connexion à Twitter, les tweets de cet utilisateur ne peuvent être affichés.

Conférences et ateliers