06.jpg

Poor public services in many West African countries, with already dire human development indicators, are under constant pressure from pervasive corruption. Observers say graft is corroding proper governance and causing growing numbers of people to sink into poverty.

“If you want to put a human face to corruption… then see how we have kids who walk miles to school because there are no public transport systems,” said Harold Aidoo, the executive director of the Institute for Research and Democratic Development in Monrovia, the Liberian capital.

“You see women and mothers who give birth and die because there are no basic drugs or equipment at the hospitals, and no qualified or trained health professionals. You realize that many of our impoverished populations do not have access to clean drinking water,” he said.

More West African countries were perceived to be highly corrupt in 2013 than the previous year due to the effects of political instability in countries such as Mali, Guinea and Guinea-Bissau, according to the corruption index compiled by the global watchdog, Transparency International.

 

Neville Gabriel 

Une importante personnalité de la plateforme philanthropique avec qui je discutais s’était demandé à haute voix si mon engagement en tant que militant de la justice sociale pouvait entraver les activités des grands philanthropes. La philanthropie et la justice sociale semblent souvent être deux mondes totalement distincts. Peut-être s’agit-il là de l’une des tensions les plus fortes non encore apaisées qui grèvent l’émergence de la philanthropie africaine au sein de la communauté philanthropique mondiale : comment pratiquer la philanthropie dans un contexte où la justice sociale et économique revêt une importance considérable.

In September 2013, the Edmond de Rothschild Foundations hosted the first Global South philanthropy platform, Empowering Families for Innovative Philanthropy (ERFIP) in Megève, France. ERFIP is a distinctively unique platform, which brings together philanthropists and practitioners from emerging economies to share best practices, successful models and challenges for peer review and feedback.
 
ERFIP focused on identifying philanthropists and professionals whose work has significant impact in their respective communities but are not seen enough on the conference circuits. The aim of this report is to give a sense of the driving force behind the giving and philanthropy in the three regions: Africa, Asia and the Arab region. It is hoped that such thorough understanding of the underlying factors for giving and philanthropy will help in collection of data that is relevant, meaningful to the sector and contributes to better representation of the South within Global Philanthropy.  To view the report, please visit our Publications database and search under "Research Reports."

Une étude récente montre que l’inefficacité des institutions de promotion de la bonne gouvernance  dans le contrôle de pillage des richesse

Date: 8 Decembre 2013

DAKAR - Les économies africaines ont perdu entre 597 millions et 1,4 milliards de dollars en transferts nets de ressources Durant les trois dernières décennies, malgré la croissance des institutions de lpromotion de la bonne gouvernance  sur le continent, selon une étude récente menée par Global Financial Integrity ( GFI ). Les flux financiers illicites font l’objet d'un forum de deux jours organisé par Open Society Initiative for West Africa ( OSIWA ) et TrustAfrica les 9 et 10 Décembre 2013, au Terrou Bi Hôtel à Dakar, Sénégal.

La Conférence nationale des victimes de la guerre aura lieu en mai 2014 à Kampala, en Ouganda. En préparation de la conférence nationale, AYINET organise une série de consultations des victimes dans les différentes régions touchées par le conflit en Ouganda, à commencer par la rencontre de cette semaine à Lira. Un calendrier des consultations figure ci-dessous. Pour en savoir plus sur la première consultation, visiter le site Internet d’AYINET en cliquant ici.

REGION

DATES DES CONFERENCE

SOUS-REGIONS

DISTRICT

Le Grand Nord

Du 27 au 30 novembre 2013

Lango, Acholi, Teso, West Nile, Karamoja

Lira

Ouest

Du 20 au 24 janvier 2014

Kasese, Bundibugyo

Kasese

Centre

Du 10 au 13 février 2014

Buganda, Busoga

Mukono

Est

Du 3 au 6 mars 2014

Tororo, Kapchorwa, Ngora, Kumi, Bukedia, Palisa, Mbale

Mbale

Du  9 au 10 décembre, TrustAfrica, l’Initiative pour une société ouverte en Afrique de l’Ouest (OSIWA) et l’organisation Intégrité financière mondiale (GFI) parraineront conjointement le « Forum sur les flux financiers illicites en Afrique ». Ce forum aura lieu à l’hôtel Terrou- Bi Hôtel à Dakar, au Sénégal en présence de son excellence M. Amadou Ba, ministre de l’Economie et des Finances du Sénégal. De nombreuses activités sont prévues, notamment la remise aux participants des principales conclusions du Rapport de 2012 de GFI sur les flux financiers illicites en provenance d’Afrique et aborderont les principales tendances, risques et coûts pour la région. En outre, le forum tentera de mettre sur pied une plate-forme régionale sur les flux financiers illicites à des fins de campagne et de plaidoyer.

Du 28 au 29 novembre le Réseau pour la justice fiscale-Afrique (TJN-A), en collaboration avec le Centre de recherche en fiscalité de Strathmore et grâce à un financement  de TrustAfrica, organisera une table ronde de deux jours sur le thème « Réduction de la maltarification des  transferts: Réponse de l’Afrique à des défis de dimension mondiale.»  Cet événement, qui aura lieu à l’Université de Strathmore à Nairobi, au Kenya, réunira plusieurs ONG, des autorités fiscales, des chercheurs universitaires, des décideurs et des organisations internationales du monde entier en vue de partager leurs expériences, aborder les politiques en cours et trouver des solutions aux défis actuels liés à la tarification des transferts auxquels font face les pays africains.

Une conférence intitulée « Zimbabwe : Réalités actuelles, perspectives d’avenir » sera organisée du 24 au 27 novembre 2013 au Holiday Inn à Bulawayo, au Zimbabwe.  Organisée par l’Université du Zimbabwe, la Midlands State University et l’Université nationale des sciences et de la technologie, en collaboration avec TrustAfrica-Zimbabwe Alliance, l’Initiative pour une société ouverte en Afrique Australe (OSIWA) et la Fondation Heinrich Boell (HBF), la conférence réunira des participants de divers horizons pour des réflexions candides sur la gouvernance au Zimbabwe au cours de la dernière décennie et demie du point de vue de l’Etat, du secteur privé et de la société civile et pour définir la voie à suivre.

« Près de 240 millions d’Africains souffrent de malnutrition et bien que seulement un tiers des personnes exposées à la famine vivent en Afrique, le pourcentage des personnes souffrant de la faim dans ce continent est le plus élevé au monde » a déclaré M. Charles Abugre Akelyira, Directeur régional pour l’Afrique de la Campagne des Nations Unies sur les objectifs du Millénaire dont le siège se trouve à Nairobi. « Nous devons investir dans l’agriculture non seulement pour nourrir la génération actuelle, mais également pour nous préparer à nourrir plus de deux milliards personnes d’ici 2050. En particulier, nous devons investir dans l’agriculture à petite échelle, dans le cadre de notre stratégie mixte. Les petits exploitants assurent deux tiers de notre production  agricole, » a-t-il déclaré.

Il est certain que les informations contenues dans ce nouveau livre intitulé « Politiques publiques et développement d’entreprises au Kenya » profiteront aux décideurs, partenaires au développement, chercheurs et entrepreneurs du Kenya et d’ailleurs. Cet ouvrage, qui est l’aboutissement de recherches effectuées dans le cadre du Fonds de recherches sur le climat de l’investissement et l’environnement des affaires, documente des stratégies d’études de cas sur le développement d’entreprises au Kenya en se fondant sur trois domaines clés : politiques publiques et participation des parties prenantes, soutien aux entreprises et développement des capacités, et appui à l’entrepreneuriat et au leadership.

Nos coordoneés

  • Lot 4, Almadies Ngor, Dakar Sénégal
  • +221 33 869 46 86
  • +221 33 824 15 67

Fil Twitter

Suite à une erreur, potentiellement un dépassement de délai de connexion à Twitter, les tweets de cet utilisateur ne peuvent être affichés.

Conférences et ateliers