07.jpg
Nov 20 2013

Des réflexions intéressantes formulées lors d’une conférence sur les réformes politiques en faveur des petits exploitants agricoles

« Près de 240 millions d’Africains souffrent de malnutrition et bien que seulement un tiers des personnes exposées à la famine vivent en Afrique, le pourcentage des personnes souffrant de la faim dans ce continent est le plus élevé au monde » a déclaré M. Charles Abugre Akelyira, Directeur régional pour l’Afrique de la Campagne des Nations Unies sur les objectifs du Millénaire dont le siège se trouve à Nairobi. « Nous devons investir dans l’agriculture non seulement pour nourrir la génération actuelle, mais également pour nous préparer à nourrir plus de deux milliards personnes d’ici 2050. En particulier, nous devons investir dans l’agriculture à petite échelle, dans le cadre de notre stratégie mixte. Les petits exploitants assurent deux tiers de notre production  agricole, » a-t-il déclaré.

M. Akelyira intervenait lors d’une récente conférence de deux jours sur le thème « Une décennie de PDDAA : Réflexions sur les résultats clés des réformes des politiques agricoles en Afrique. » Cette rencontre, qui s’est déroulée à l’Hôtel Laico Regency de Nairobi, au Kenya, les 12 et 13 novembre 2013, était parrainée par TrustAfrica, en partenariat avec la Fondation Bill et Melinda Gates et avait pour but de sensibiliser sur le rôle de l’agriculture dans le développement et de donner la parole aux personnes les plus touchées par les politiques de développement agricole, en particulier les petits agriculteurs.

Des participants venant de six pays africains - Ghana, Malawi, Kenya, Tanzanie, Ouganda et Nigeria - se sont réunis pour réfléchir sur le travail qu’ils ont accompli dans le cadre du projet de réforme agricole de TrustAfrica. Ce projet de plaidoyer, dont la mise en œuvre a commencé en 2010, vise à sensibiliser les petits agriculteurs sur les promesses déclinées dans la Déclaration de Maputo qui, en partie, stipule que les gouvernements africains doivent consacrer 10 % de leur budget aux politiques agricoles en faveur des pauvres, en vue de permettre aux exploitants agricoles d’obliger leurs gouvernements à leur octroyer les budgets qui leur ont été promis. Jusqu’ici, TrustAfrica a apporté son appui à 21 organisations au cours des 3 années de mise en œuvre du programme, distribuant ainsi des subventions d’environ 955.629 $ au nom de la Fondation Gates.

Lors de la conférence, les experts ont réfléchi sur la performance du PDDAA (Programme détaillé pour le développement de l’agriculture en Afrique) depuis sa création il y a 10 ans. Les participants ont convenu de la nécessité d’une plus grande sensibilisation par le PDDAA sur les défis rencontrés par les petits exploitants agricoles. « Nous avons leur bénédiction, mais pas leur impulsion. » a souligné un participant tandis qu’un autre soutenait : qu’« il devrait y avoir des revues sectorielles auxquelles participeraient toutes les parties prenantes. »

« Cette rencontre a donné aux parties prenantes travaillant avec le secteur de la petite agriculture une excellente occasion de rassembler leurs impressions, leçons apprises et idées autour de certaines questions liées au PDDAA et d’améliorer la vie des petits agriculteurs, » a déclaré le Dr Tendai Murisa, Directeur des Programmes par intérim de TrustAfrica.

« Cependant, il reste encore du travail à faire par rapport aux questions interpellant ces parties prenantes. Nous nous réjouissons de la décision de l’UA de déclarer 2014 Année de l’agriculture et de la sécurité alimentaire. Cependant, nous trouvons inquiétant que les gouvernements africains n’aient pas augmenté leurs allocations budgétaires pour l’agriculture. Il est urgent de réorienter les politiques et ressources des gouvernements afin qu’elles reflètent mieux le consensus déjà existant selon lequel l’agriculture a le potentiel d’être la force motrice pouvant stimuler la croissance et le développement inclusifs en Afrique.»

Au cours de la conférence, les participants ont pu partager les leçons apprises et définir des stratégies de plaidoyer continu. Parmi les sujets abordés figuraient le rôle de la recherche et de la vulgarisation agricoles, les stratégies de mobilisation de ressources ainsi que les tendances et innovations relatives à l’élaboration de politiques agricoles. Dans la soirée, les participants ont également pris part à une exposition qui a permis aux organisations de la société civile de décliner quelques-uns des résultats de leurs activités.

Read 3672 times Last modified on mercredi, 20 novembre 2013 14:32

Nos coordoneés

  • Lot 4, Almadies Ngor, Dakar Sénégal
  • +221 33 869 46 86
  • +221 33 824 15 67

Fil Twitter

And we have the fabulous @ZawadiNyongo making sure the world hears about #ShiftThePower #KCDFat20 on Twitter! pic.twitter.com/5AiGiMXIlw

RetweetéIl y a 3 joursretweets

Looking for people who can #shiftthepower? Start with these 3... @jmawiyoo @DeganAli, Bishop Masika #kcdfat20 pic.twitter.com/97wjOVdLkP

RetweetéIl y a 3 joursretweets

 

Conférences et ateliers